Les projets de la ville

  •  La construction d’un nouveau cimetière communal


Un grand projet d’aménagement est actuellement en cours sur les hauteurs de VAITAVERE, avec la construction d’un nouveau cimetière communal.

En effet, l’actuel cimetière communal de NUUROA, situé à la Pointe des Pêcheurs, se trouvera dans les trois prochaines années à saturation.

Afin de répondre à l’obligation d’inhumation demandée par le CGCT à l’ensemble des communes, PUNAAUIA a eu l’opportunité d’acheter un terrain de 20 hectares.

Débutée depuis maintenant six mois, la route d’accès au chantier a été réalisée et la phase de terrassement est déjà bien entamée.

Pour une durée estimative de 23 mois, ce chantier est financé à hauteur de 440.224.208 FCFP par la commune et à hauteur de 221.256.311 FCFP par le Territoire.

  • Le restaurant scolaire des écoles MAEHAA RUA et MAEHAA NUI


L’un des plus gros projets de la commune, en termes d’aménagement scolaire, est la construction du restaurant scolaire des écoles maternelle MAEHAA RUA et élémentaire MAEHAA NUI.

En effet, à l’heure actuelle, les 400 cents élèves des deux écoles partagent la même cantine qui ne peut accueillir que 200 places assises. Les deux écoles ont donc mis en place un service de repas échelonné afin de pouvoir déjeuner en horaires décalés. Ajouté à cela la vétusté du bâtiment, construit maintenant il y a plus de 20 ans, il était important de lancer les travaux de cette nouvelle structure au plus vite.

C’est ainsi que le 10 décembre dernier, s’est déroulée la pose de la première pierre de cette future construction. Le nouveau restaurant scolaire sera construit sur deux niveaux pour une superficie totale de 692 m2 et d’une capacité totale d’accueil de plus de 410 places.

Le restaurant de l’école élémentaire MAEHAA NUI sera installé au niveau inférieur et le niveau supérieur sera, quant à lui, réservé au restaurant de l’école maternelle MAEHAA RUA.

Ainsi, cette nouvelle structure permettra d’accueillir au même moment, l’ensemble des élèves sans aucun croisement entre les deux écoles. Une galerie couverte, pour chaque école, sera également construite afin de permettre l’accès à leur espace respectif.

De plus, le bâtiment sera éclairé et ventilé naturellement par de grandes façades vitrées, protégées par des persiennes.

La durée du chantier est estimée à 9 mois et le coût de cette opération, prise en charge à 100% par le FIP, s’élève à 167.0702.000 FCFP.

  • Le plateau omnisports de MANOTAHI


En terme d’infrastructure sportive, le 17 décembre dernier a vu la pose de la première pierre du plateau sport de MANOTAHI. Celui-ci sera mis à la disposition des élèves de l’école élémentaire MANOTAHI, ainsi qu’aux associations de quartiers situées à proximité.

D’une superficie de 1.252 m2, cette structure sera érigée dans l’enceinte de l’école élémentaire MANOTAHI, située au PK 12,400.

La durée du chantier est estimée à 9 mois et le coût total des travaux s’élève à 134.301.854 FCFP (dont 73.029.000 FCFP financé par le CUCS et 61.272.854 FCFP par la commune).

  • La salle polyvalente de PUNAVAI PLAINE


Le 21 décembre dernier, a eu lieu la pose de la première pierre de la salle sportive de PUNAVAI PLAINE.

La construction de cette salle polyvalente, d’une superficie totale de 1.300 m2,  profitera à l’école élémentaire de PUNAVAI PLAINE à proximité, mais également aux associations de quartiers et aux associations sportives (ATIUE principalement, VAIOPU et PUNA ITI également), aux animations sociales, et aux autres actions à destination de la population de PUNAAUIA. L’aménagement de cette salle polyvalente a été réfléchi conjointement avec la direction de l’école, les référents techniques de la mairie et les représentants de l’association Espoir Jeunesse.

  • De nouveaux caveaux collectifs hors sol à NUUROA


La commune a acquis en décembre 2008 une parcelle de terre de 1.044 m2, localisée dans le prolongement des terrains occupés par l’actuel cimetière de NUUROA, à la Pointe des Pêcheurs.

Cette nouvelle acquisition a été affectée par délibération du conseil municipal à l’agrandissement du cimetière existant pour une période transitoire de 3 ans.

La capacité d’accueil de l’extension est estimée à 157 concessions, comprenant deux caveaux collectifs hors sol, d’une capacité d’accueil respective de 52 et 34 places, ainsi que 71 concessions individuelles en terrains privés.

Afin d’augmenter la capacité d’accueil du cimetière de NUUROA et en attendant l’ouverture du cimetière de VAITAVERE d’ici 3 ans, un nouveau caveau collectif hors sol, d’une capacité d’accueil de 54 places, va voir le jour dans le courant du premier semestre 2011. Cet ouvrage supplémentaire portera la capacité d’accueil de l’extension du cimetière de 157 à 196 concessions.

Ces travaux sont estimés à près de 8.500.000 FCFP.

  • L’énergie renouvelable


Afin de respecter la volonté communale en termes de développement durable, le lotissement PUNAVAI PLAINE sera bientôt doté de lampadaires fonctionnant au photovoltaïque.

Le lotissement PUNAVAI PLAINE disposait déjà d’un éclairage public utilisant l’énergie solaire. Il a cependant été détérioré, devenant insuffisant pour permettre une bonne visibilité.

  • De l’eau potable à PUNAAUIA


L’ensemble des communes de Polynésie a pour obligation de distribuer de l’eau potable à leurs administrés, au plus tard pour le 31 décembre 2015. Afin de satisfaire à cette obligation, la ville de PUNAAUIA s’est dotée en 2008 d’un schéma directeur qui est maintenant bien engagé.

La commune a pour mission d’assurer la potabilisation et la distribution de l’eau jusqu’aux usagers. La production et la chloration sont assurées par le syndicat intercommunal de l’eau, TE OROPAA, regroupant les communes de Faa’a, Punaauia et Paea. La prestation communale débute quant à elle, à l’entrée des 8 réservoirs et s’achève à la limite du domaine public.

PUNAAUIA dispose de 7 stations de forage, réparties sur toute la commune, qui viennent en secours lorsque la turbidité de l’eau du captage de la Punaruu est trop élevée, ou lorsque la rivière est victime d’une sécheresse (juillet/août). L’eau captée est ensuite stockée dans 7 réservoirs, de capacité variant entre 500 et 2000 m3, afin de permettre une distribution identique en quantité et qualité.

Ce qui a été fait en 2008 :

-    Construction de 7 stations de chloration : chaque réservoir est désormais équipé d’une station de chloration qui garantit la potabilité de l’eau à l’entrée du réservoir. En effet, en raison de la longueur du réseau d’adduction du syndicat intercommunal TE OROPAA, la commune doit assurer une nouvelle chloration pour maintenir un taux de chlore suffisant permettant la potabilisation.
-    Installation d’un système de télégestion : une détection automatique de la turbidité de l’eau permet la gestion du basculement du captage intercommunal de TE OROPAA vers les forages communaux. En effet, le fonctionnement de l’ensemble des équipements du réseau hydraulique communal (stations de pompage, postes de chloration, réservoirs) est piloté et surveillé en temps réel : transmission de chaque station, réactivité des automatismes, suivi permanent et en tout temps de la qualité de l’eau, et partage de l’information avec l’ensemble des intervenants du service communal de l’eau.
-    Mise en place d’un programme annuel de nettoyage des réservoirs : le nettoyage annuel des réservoirs d’eau potable est une obligation réglementaire. Ils doivent être vidés, rincés et nettoyés au moins une fois par an.
-    Vaste programme de rénovation des canalisations : près de 12 km de réseaux d’eau potable ont été entièrement rénovés. Ces travaux ont été réalisés dans le cadre de la réhabilitation de 12 servitudes de la commune.

En 2008, le taux de conformité se situait autour de 50% de potabilité de l’eau. En 2009, la qualité des eaux distribuées dans la commune restait mauvaise, avec seulement 61% de résultats conformes, malgré le traitement des ressources en eau.

Cependant, le Centre d’Hygiène et de Salubrité Publique, organisme officiel seul habilité à certifier la qualité de l’eau de consommation, a transmis à la commune ses chiffres provisoires pour 2010 et estime la potabilité de l’eau à 90%.