EMPLOI - À Punaauia, une partie des personnes mobilisées dans le cadre d’un CAES (Convention d’Aide Exceptionnelle de Solidarité) de trois mois, suivent une formation en agriculture. Financée par la mairie, cette formation leur permet d’apprendre un métier durable.

La commune de Punaauia bénéficie du dispositif CAES. Depuis le mois de mai, plus d’une centaine de personnes sans revenus viennent ainsi travailler pour la mairie chaque matin de la semaine, en échange d’une indemnité de 50.000F/mois. Si certains occupent des postes dans l’administratif, l’entretien des bâtiments ou des espaces publics, une partie d’entre eux a souhaité travailler la terre.

La commune a donc fait appel aux services d’un agriculteur de Punaauia, Tuhani Pugibet, chargé de leur enseigner les rudiments de la culture des plantes maraichères. Dans le fa’apu pédagogique de la ville de Punaauia, situé sur les hauteurs de Vaitavere, ils apprennent à cultiver selon les normes de l’agriculture biologique, en optimisant l’espace et la terre et en associant les plantes de manière à éviter l’apparition des nuisibles. À l’issue de leur formation, ils seront capables de produire leurs propres fruits et légumes.

Ce fa’apu sera donc bientôt rempli de pota, de choux, d’aubergines, de papayes et autre produits locaux.  Les légumes récoltés seront offerts aux familles de la ville en situation de grande précarité sociale, sous la forme de paniers alimentaires. Ils permettront ainsi de promouvoir une alimentation saine auprès des familles de Punaauia.