HOMMAGE - Talo Pambrun, grand homme de sport, de botanique et de culture, est décédé ce 11 juin 2020 au matin, il allait avoir 87 ans. Le maire de Punaauia, Simplicio LISSANT, et l'ensemble du conseil municipal adressent leurs sincères condoléances à ses proches et rendent hommage à ce grand homme.

Né à Papeete le 31 juillet 1933, Charles, que nous appelons tous TALO, fils d’Aimé Teraituatini PAMBRUN et de Nohoraae RICHMOND, nous quitte à l’aube de ses 87 ans. Doté de multiples talents, il était notamment passionné par sa culture, par le sport et la botanique. Grand bénévole au grand cœur, Talo a toujours œuvré pour la promotion de la jeunesse et de la culture polynésienne ; ce qui lui valut la médaille du mérite en 2015.

Dans le domaine éducatif

Talo a été un grand formateur pour nombre d’enfants de la Polynésie. Il démarre sa carrière dans l’éducation en tant qu’instituteur à l’Ecole des frères, notamment en classe de 7ème (CM2 aujourd’hui), école qui deviendra en 1960 le Collège La Mennais. Talo est ensuite appelé à gérer la classe du Certificat d’études, puis sera chargé de la création de la section plantes à Fariimata. 

Dans le domaine sportif et culturel

Sportif aguerri, Talo s’est surtout illustré dans le domaine de l’athlétisme où il devint également officiel de compétition de 1970 à 1997.  Féru de sa culture polynésienne, accompagné de son fils Pure, il devient, en 1985, membre de la commission N°3 de l’OTAC (aujourd’hui Te Fare Tauhiti Nui), commission en charge des manifestations culturelles durant le Heiva.

Dans le domaine de la botanique

En 1952, l’américain Cornelius Crane rachète le jardin botanique Harrison Smith et embauche Talo. Avec un grand passionné comme lui, qui plus ait à la main verte, le jardin qui fut laissé à l’abandon retrouve son éclat. Mais la plus grande fierté de Talo dans ce domaine, c’est le mangoustan. En effet, après de nombreux essais, et alors que pour les botanistes cela était impossible, Talo réussit l’exploit de la première marcotte de mangoustan à Punaauia, ici dans son jardin d’éden. Mangoustan, qui produit toujours des fruits. Il fût aussi le créateur d'une variété d'avocat, la numéro 18, très appréciée. A tel point qu'elle fut rebaptisée "avocat Talo"

Aujourd’hui, PUNAAUIA perd un grand homme qui n’a cessé d’œuvrer tout au long de sa vie pour la jeunesse polynésienne. Nous retiendrons de Talo sa grande générosité, son grand cœur, mais aussi son franc-parler et son humour indéniable. Il a fait fleurir de nombreuses fleurs odorantes, attaché à sa culture polynésienne, il rejoint désormais « rōhutu no'ano'a ».