ENVIRONNEMENT - Ce samedi 20 juin 2020, une cérémonie était organisée au bas du sentier menant aux plateaux de Te Tamanu pour marquer le démarrage d’un rāhui dans le fond de la vallée de la Punaru’u.

Pendant un an, l’accès au sentier menant aux plateaux, la chasse, la pêche aux chevrettes et la cueillette de fruits seront interdites dans le fond de la vallée de la Punaru’u.
Cette décision, prise collégialement par les porteurs d’oranges et l’association des propriétaires terriens permettra une régénérescence de la faune et de la flore de la vallée de la Punaru’u, véritable sanctuaire naturel et culturel de Punaauia. Un ‘Unu, réalisée par Théodore HOPUU et recouvert d’un filet a été installé à l’entrée du sentier. Il vient symboliser cette période de rāhui. En juin 2021, à l’ouverture d’une saison que nous espérons fructueuse, le filet sera symboliquement ôté.
 

Le « RAHUI », un mode de gestion initié par nos ancêtres
Le rāhui est un interdit polynésien ancestral qui désigne la restriction partielle ou l’interdiction totale de la consommation ou du transport d’un bien naturel (cochon, plante, fruit ou poisson) dans un but de conservation ou de reconstitution des ressources. Cette pratique séculaire montre encore aujourd’hui son efficacité. Elle trouve toute sa légitimité dans la vallée de la Punaru’u, véritable sanctuaire naturel et culturel, aujourd’hui menacé par une fréquentation intensive.
 

Rāhui de la terre, une première !
Le « rāhui » du fond de la vallée de PUNARU’U est une première à PUNAAUIA de mémoire d’homme. De manière générale, en Polynésie, aucun rāhui n’a été effectué sur la terre depuis des décennies. Il servira donc d’exemple pour d’autres communes souhaitant mettre au repos leur patrimoine naturel afin d’en permettre le nettoyage et la régénération.

Appel aux bénévoles
Les membres de l’Association Pour la Protection de la vallée de la Punaru’u consacreront cette période au nettoyage du site et à la plantation de nouveaux orangers. Si vous souhaitez monter aux plateaux des orangers en 2020, vous devrez vous remonter les manches. L’Association est à la recherche de bénévoles pour l’aider à nettoyer le sentier, prendre soin des orangers et en planter des nouveaux. Faites un geste pour le patrimoine naturel de TE TAMANU, engagez-vous. Contactez Guillaume, le vice-président de l’association au 89.75.68.70.