Partie intégrante de la culture polynésienne, la pierre limite, OFA’I OTI’A, servait de frontière, de borne de délimitation entre les territoires des chefferies ou des groupements de résidence.

Les pierres dressées

Aux temps anciens, le peuple polynésien accordait une grande importance aux pierres dressées qui occupaient des fonctions coutumières diverses.

« Ces pierres sont relevées principalement sur des lieux sacrés, religieux et communautaires à la fois. Pierres naturelles, gravées ou sculptées, elles peuvent avoir des sens très différents bien que de même apparence selon la fonction occupée en un même lieu : représentation des ancêtres ou des dieux, pierre d’appui dans la cour d’un marae (temple à ciel ouvert) qui désignaient la place tenue par les officiant durant les cérémonies et étaient par exemple associées à un titre de lignage ...

Lire la suite et télécharger la fiche