Le projet "IL ETAIT UNE FOIS MON QUARTIER" a été mis en place, afin de promouvoir chaque quartier de PUNAAUIA, à travers son histoire et ses légendes. Ce projet, impulsé en 2016, a nécessité un énorme travail de réflexion et de recherches.

En effet, chaque quartier a sa propre histoire, ses propres légendes qui sont bien souvent connues uniquement des plus anciens.

Or, pour éviter la perte d'identité culturelle, il est nécessaire d'apprendre d'où l'on vient, de connaître l'histoire du quartier où l'on a vécu toute son enfance, de connaître sa commune.

Les relations intergénérationnelles deviennent plus difficiles. Cela est dû notamment à la barrière de la langue qui empêche la communication, et également au manque de centres d'intérêt commun.

Pour conserver les nombreuses histoires et légendes de PUNAAUIA, il devenait évident de mettre en place un projet culturel commun, associant ainsi la participation des habitants des quartiers, jeunes et matahiapo.

Deux zones ont été retenues pour démarrer cette action : TAAPUNA et BEL AIR. Pour retranscrire l'histoire de leur quartier, les habitants ont dû, en premier lieu, répertorier l'ensemble des histoires, légendes et faits historiques liés à leur quartier. Pour ce faire, les jeunes sont allés à la rencontre des plus anciens, pour recueillir les histoires qui leur serviront, par la suite, de base pour la retranscription des textes dans un livret de recueil historique, sur notre site internet et pour la réalisation des 'Unu qui seront implantés à l'entrée de chaque quartier, symbolisant ainsi leur histoire.

Ce projet culturel s'étendra sur l'ensemble des quartiers de Punaauia, une commune riche d'histoires et de légendes, qui premettront ainsi d'être conservées.

 

 

QUARTIER TAAPUNA

IL ETAIT UNE FOIS MON QUARTIER

UNU TE VAI NO ROTO MAI I TE ATA

"La source qui provient des nuages"

En 2016, quelques jeunes du quartier de TAAPUNA, préparés et accompagnés pour aller à la rencontre de leurs aînés, ont réalisé des recherches historiques. Ce projet construit en deux temps, leur a permis tout d'abord, de redécouvrir l'existence de VAIATA, "la source qui provient des nuages", puis de matérialiser dans une oeuvre d'art, ce lien historique et culturel.

Pour revenir à la source, les anciens disent qu'elle avait la particularité de refléter les nuages, alors même que le ciel était complètement dégagé. Ces nuages alimentaient la source et permettaient que l'eau se déverse abondamment sur le bassin versant de TAAPUNA. Ce sont les travaux de remblais au moment de la construction du lotissement qui vont entraîner la disparition de la source.

Inspiré de ce récit, les jeunes de TAAPUNA ont alors croqué des esquisses pour la confection d'un 'UNU commémoratif de cette identité culturelle riche. La couleur bleue représente la source VAIATA et le guerrier PUNA, situé tout en haut de la sculpture, veille sur tous les habitants du quartier. Les tresses symbolisent, quant à elles les liens fors qui les unissent.

Ce projet communal intitulé "Il était une fois mon quartier" n'aurait pas vu le jour sans l'implication sans faille des habitants de TAAPUNA : Patrick TUA - Heitini TETO - Nere RENVOYE - Emeraude BOPP DU PONT - Olson TERAIAMANO - Tenanania IOANE - Murielle GOBRAIT - Tehapai FULLER - Noho THOMPSON - Teaue TEUIRA - Louis TAEA.

 

QUARTIER BEL AIR

En 2016, dans le quartier de BEL AIR, des jeunes filles et garçons sont allés à la rencontre de leurs aînés. Ils se sont intéressés au fil de leurs échanges à trois légendes qui trouvent leurs origines dans le quartier. Il s'agit de "La pierre de vie et la pierre de mort de la Pointe TATA'A", du "Guerrier PAI et de son empreinte de pas", et de la "Source PUNA'AU".

Ce sont ces trois récits qui les inspireront au moment de la confection du 'UNU. Le projet communal "Il était une fois mon quartier" qu'ils avaient accepté de rejoindre, nécessitait des recherches historiques basées sur des enquêtes de terrain auprès des aînés du quartier.

En bas de la colline, se trouve la Pointe TATA'A, représentée tout en haut du 'UNU.

C'est là que la pierre de vie "ofa'i ora" illustrée par le tiki au sommet du 'UNU et la pierre de mort "ofa'i pohe" incarné par le petit tiki placé dans l'orteil central de l'empreinte de PAI, avaient le pouvoir de lier une âme à son corps pour reprendre vie ou au contraire, la séparer à jamais de son enveloppe charnelle. Les initiés disent qi'il était possible de voir l'âme prendre son envol. Ils pouvaient distinguer les âmes qui l'accompagnaient.

On raconte que le guerrier PAI laissa son empreinte au bord du rivage de la Pointe TATA'A lorsqu'il lança de toutes ses forces sa lance sur le mont ROTUI de l'île de Moorea pour empêcher le dieu Hiro de s'en emparer. Depuis, la "montagne percée" de Moorea, Mou'a Puta, porte encore les traces de cet affrontement.

La source PUNA'AU est représentée au centre, par des anguilles. Certaines légendes racontent qu'après sa mort, les tripes du guerrier PUNA furent transportées non loin de la Pointe TATA'A où elles firent surgir une source : la source PUNA'AU.

Ce projet communal n'aurait pas vu le jour sans l'implication sans faille des habitants de BEL AIR : Raihaunui LU LOOK - Tiareaute AH-LO - Heiranie TUTEINA - Nefi TEHAVARU - Manarii TEHETIA - Firmin TIMAU - Parau PUTU - Edouard CHARLES - Sylvana AH-LO - Marita LU LOOK - Serge TUARAU - Victor MOO.