« Délimitée au nord par la crête du mont Marau (culminant à 1493 m) et du Diadème ou « Te Tara o Mai’ao » (1361 m) et celle reliant le mont Aora’i (2066 m) au mont Orohena (2241m), à l’ouest par le mont Teama’a (1532 m) et au sud par la crête Aranuanua, les monts Tahiti (1368 m) et Mahuta’a (1501 m) »[1], la vallée de PUNARU’U s’étale sur une superficie de 40 km2. Avec, en aval, la rivière PUNARU’U, et en amont, la rivière VAIRUA, elle est le deuxième plus grand bassin hydrographique de Tahiti après celle de PAPENOO.

Origine du nom de la vallée PUNARU’U

Selon les récits, le nom de la vallée trouve son origine dans les aventures du guerrier PUNA. Après avoir quitté MAIAO, il s’échoua à MANOTAHI. Poursuivi par les troupiers du district, il s’enfuit dans la grande vallée où il fut capturé et ligoté (« RU’URU’U »). C’est ainsi que la vallée pris l’appellation de PUNARU’U : PUNA-RU’U, soit PUNA-ligoté.

Toponymie de la vallée PUNARU’U

« Aux temps anciens, UE et MĒHITI, les frères jumeaux du « aito » PUNA, se partageaient quatre zones dans vallée de PU-NA-RU’U réparties en deux grandes propriétés définies comme suit :

  • TE VA’A MATA’EINA’A I TE-UE pour UE,
  • TE VA’A MATA’EINA’A I TE-MĒHITI pour MĒHITI.

Sur la liste des revendications des propriétés, il est fait état de 363 toponymes sur 531 revendiqués par les deux frères, soit 86 pour TE-MĒHITI et 277 pour TE-UE, et, 168 non revendiqués (35 pour TE-MĒHITI et 133 pour TE-UE) .[2]

Parmi les propriétaires de la vallée figurèrent également des familles polynésiennes, mais aussi les chefs POHUETEA.

En 1797, les missionnaires anglais de la London Missionary Society, après un arrêt à la maison de chef, exploitent la vallée de PUNARU’U et y découvrent des plantations de RE’A (curcuma), de coton, et un marae sur la rive droite[3]. Malheureusement, peu de temps après, nombre de combats seront livrés dans la vallée de PUNARUU.

La bataille de PUNARU'U le 30 mai 1946

En 1844, on assiste à la mise en place du protectorat français par Abel DUPETIT-THOUARS. Le refus de la reine POMARE IV face à cette mise en place, refus appuyé par le consul anglais Georges PRITCHARD, provoque alors le début de la guerre franco-tahitienne. Le peuple tahitien soutenant la reine en faveur d’un protectorat anglais se retranche dans la vallée de PUNARUU où éclatera, le 25 mai 1846, une bataille entre les militaires français et les insurgés tahitiens. De nombreuses victimes sont comptées des deux côtés et les plantations agricoles sont saccagées par les troupes françaises.

En 1846, trois forts destinés à protéger la côte et l’entrée de la vallée de PUNARUU sont construits par les français entraînant ainsi le départ d’une partie des habitants de la vallée préférant se rapprocher de Papeete pour s’éloigner des troupes françaises.

 

Fin des affrontements

Après une longue période de rudes combats, en 1864, la vie reprenait et la vallée de PUNARU’U abritait certes les terres royales de la cheffesse POHUETEA VAHINE, mais aussi un petit village d’indigènes qui s’adonnaient à la culture du coton, du tabac, du maïs et à l’élevage de moutons et de bêtes à cornes sur des terrains dont la superficie varie de six hectares à un demi-hectare. En 1866, plus de quatre-vingts propriétaires ou fermiers sont recensés par la commission d’inspection des cultures instituée le 31 janvier 1865.[4]

Une partie des propriétaires ou fermiers de la vallée de PUNARU'U recensés par la commission d’inspection des cultures :

 

Les chefs se succèdent à PUNAAUIA, la vie politique et religieuse évolue, et la vallée de PUNARU’U change progressivement de visage.

Début de la transformation industrielle de la vallée

1975 marque le tournant de la transformation définitive de la basse vallée de PUNARU’U en zone industrielle entrainant une dégradation continue du site. La moyenne vallée reste régulièrement fréquentée par les chasseurs de cochons, les planteurs et cueilleurs d’oranges et les randonneurs.

Réhabilitation de la vallée

En 2008 la réhabilitation de la vallée de PUNARU’U est inscrite au programme communal. Un plan d’action regroupant les entités publiques et communales, les associations de protection et les industriels est mis en place par la commune sous l’égide de son Maire M. Ronald TUMAHAI.

Le 29 juin 2013, le Livre Blanc TE HOTU NUI NO PUNARU'U, énonçant les propositions concrètes de la politique de la municipalité pour la réhabilitation de la vallée de PUNARU’U est présenté.

Associations, chefs d’entreprises et élus communaux se sont ainsi engagés à respecter une charte reprenant les vingt-huit (28) objectifs de ce Livre Blanc. Un engament axé sur la protection, la remise en état et le suivi de la vallée de PUNARU’U.

 

 INFO PRATIQUE

Service Développement Durable et Economique (SDE)

Heinui TEPAHAUAITAIPARI

Ville de PUNAAUIA
Tél. : (689) 40 86 56 56

 

 


Sources:

[1] MEYER Jean-Yves (Dr.). Evaluation écologique préliminaire des plateaux de la vallée de la Punaru’u (Puna’auia, Tahiti) et recommandations de conservation in situ, Délégation à la Recherche (PF), 2009, 12 p.

[2] TEISSIER Vairea, Musée de Tahiti et des Îles. Carte toponymique HITI, Frontière première et originelle, 2011, © Collection Musée de Tahiti et des Îles - Te Fare Manaha

[3] Société des Etudes Océaniennes. Bulletin N°320, 2010, 140 p.

[4] Société des Etudes Océaniennes. Bulletin N°320, 2010, 140 p.

Illustrations:

1- Pont de la Punaru. Réf. D 2009.0.228 © Collection Musée de Tahiti et des Îles - Te Fare Manaha

2- Pont de Punaruu District de Punaama, Fonds Gutzwiller, Coll. Archives PF

3- BOPP DUPONT, Max. TAHITI. – Vallée de Punaru à Punavia. Fonds Gutzwiller, Coll. Archives PF © Droits réservés

4-5- Ville de PUNAAUIA. Evolution de la vallée de PUNARU’U, années 1970-1990

 


Patrimoine en partage à PUNAAUIA avec la collaboration du Musée de Tahiti et des Îles, du Service du Partrimoine Archivistique et Audiovisuel, de la Société des Etudes Océaniennes, de l'Université de la Polynésie française, de l'Association Tahiti Héritage, du Service de la Culture et du Patrimoine, des associations et des Matahiapo de la commune de PUNAAUIA.


Télécharger la fiche

A votre disposition