RAPPORT ANNUEL 2016

Le Mot du Maire

A mi-mandature, nous pouvons dresser un premier état des lieux pour évaluer nos avancées et prendre connaissance des mesures correctives à mettre en place afin de répondre à nos ambitions intiales.

D'une façon générale, il nous a fallu 18 mois our atteindre une vitesse de croisière dans le rythme de nos actions communales déployées sur le terrain. L'adoption, en septembre 2014, du projet politique de la mandature, le Plan Directeur PUNAAUIA 2020 par le conseil municipal a conduit à une nouvelle définition des missions des services, de manière à intégrer les ambitions et les orientations politiques.

Ce projet de l'administration a donné lieu à un plan d'actions sur trois ans. Pour y ajuster les moyens financiers et les ressources humaine, des outils tels que le programme pluriannuel d'investissement (PPI), les formations sur la conduite de projets ainsi que les tableaux de bord pour le suivi des opérations ont été particulièrement utiles. Souvent, pour les agens municipaux déjà en place, il convient d'envisager leur montée en compétence au travers de la formation continue. Pafois, lorsque l'expertise manque, la Commune se tourne vers le recrutement pour mener à bien les missions identifiées. A l'heure de l'intégration du personnel dans la Fonction Publique Communale arrive presque à son terme, il nous appartient de garantir son engagement et son implication en proposant des perspectives de carrière et des moyens d'évolution.

A propos des actions entreprises, les chiffres sont signifiants. L'examen des actions en faveur de l'emploi révèle, depuis le début de la mandature, qu'une douzaine d'actions de formation, de sensibilisation, de rencontres, ont été mises en oeuvre pour un peu moins de 15 millions de francs CFP en faveur de près de 1.200 bénéficiaires. Chaque année, depuis 2014, environ 3.300 enfants ont profité d'une dizaine d'animations éducatives et de loisirs. L'action la plus estimée et la plus ancienne reste l'accompagnement de nos petits à une meilleure scolarité, elle a mobilisé environ 155 millions de francs CFP.

La jeunesse de notre commune occupe une place de choix. Grâce à un budget d'environ 58 millions de francs CFP, de nombreuses activités culturelles, sportives et caritatives ont animé le quotidien de plus de 6.300 jeunes. Par ailleurs, une nouveauté remarquée de cette mandature a été la volonté d'épauler de façon plus assidue les familles et les plus vulnérables (aînés, personnes seules, avec des handicaps, ou vivant dans des conditions difficiles). Ainsi, 14 millions de francs ont été consacrés à la médiation familiale, à la formation des aidants Matahiapo ou à la lutte contres les violences intrafamiliales.

Au coeur de nos préoccupations également, le développement durable, au travers de la préservation de la vallée de la PUNARU'U, des ateliers de formation pour un comportement plus respectueux de la nature, pour la protection de nos littoraux, a bénéficié d'environ 150 millions de francs CFP.

La sécurité des biens et des personnes arrive au sommet des priorités de l'équipe municipale et le renouvellement des véhicules de sécurité, des ambulances, des équipements de protection a permis 2.500 interventions de secours par an.

Enfin, nous nous réjouissons que PUNAAUIA soit une commune où l'on sait vivre. Le dynamisme des associations, ainsi que le programme des festivités communales donnent l'occasion à tous les concitoyens de participer à la vie de la Cité.

Ronald TUMAHAI

"J'ai adopté pour idéal une société démocratique et libre où tout le monde vivrait ensemble dans la paix et avec des chances égales." Nelson MANDELA

 

 

 

Rapport annuel sur les déchets 2016

Avec des résultats de production des déchets ménagers quasi idenditques à ceux de 2015, 2016 a été une année marquée par une collecte plus performante.

La gestion du service s'est améliorée grâce à la réception de trois camioins bennes à ordures ménagères (BOM) en début d'année, à la redéfinition d'une carte plus resserrée des secteurs de collecte des bacs (passés de 9 à 8) et à la diminution du temps d'immobilisation des véhicules. Par ailleurs, le ramassage des déchets végétaux mis en sacs plastiques (tontes de pelouse, feuillages, petits branchanges) et des encombrants s'effectuent en deux temps, suite à un découpage de la Commune en deux secteurs. Enfin, l'organisation interne du service a été modifiée en vue de se concentrer sur les missions opérationnelles de la gestion des déchets, laissant à la Direction du Développement Urbain, l'élaboration et le suivi des orientations stratégiques.

La redevance forfaitaire annuelle des déchets pour les foyers était de 21.000 francs CFP depuis 2012. Elle est passée à 24.000 francs CFP. Le bordereau de prix pour les usagers qui ne sont pas des ménages a également été révisé.

Pour rappel, une dérogation de quelques années a été accordée aux communes polynésiennes, permettant la prise en charge des dépenses d'exploitation du budget annexe des déchets par le budget principal de la Commune. Le principe est que "les déchets paient les déchets". En prenant en compte les contributions versées par la Commune au Syndicat mixte FENUA MA, en charge du traitement des déchets, ainsi que les frais liés la valorisation des déchets végétaux, les redevances actuelles ne couvrent que 67% des charges. Il faudra donc que la Commune et ses habitants poursuivent leurs efforts en vue de la rationalisation des dépenses en matière de déchets.

Dans un souci d'éthique et de respect de l'environnement, la Commune a fermé sa décharge en jui et confié le traitement et la valorisation de ses déchets végétaux à un prestataire privé (Société Technival). Ils sont désormais broyés, puis transformés en compost ou en copeaux.

L'étude complémentaire sur la mise en place des points de regroupement et de déchetterie sur le territoire communal présentée fin 2016, propose des pistes d'optimisation. Les préconisations sont de définir des sites pilotes, dans un premier temps, pour expériemnter les points de regroupement de grande capacité, de type semi-enterré. Il faudra, par la suite, veiller à organiser la mise en place de ces points (plus d'une centaine) sur tout le territoire. Associer les habitants des quartiers qui seront impactés par ces aménagements sera un préalable indispensable.

 

Rapport annuel de l'eau potable 2016

En 2016, l'activité du service public a été intense.

La révisions du Schéma directeur bat son plein et la première phase, principalement achevée, a consisté en la collecte de données en vue de les rapprocher des grands enjeux auxquels la Commune sera confrontée dans les 15 à 20 ans à venir. Les projections sur les besoins en eau doivent intégrer l'évolution démographique, les projets d'envergure envisagés sur le territoire de la Commune comme une clinique ou un complexe hôtelier et bien d'autres paramètres.

Les premiers éléments révèlent que les consommations d'eau du secteur de OUTUMAORO sont très élevées. Ils confirment l'état de vétusté des réseaux d'eau, dont le rendement se situe autour de 13%, alors qu'il est d'environ 44% sur le reste du territoire.

Les missions et les grandes opérations liées à la distribution de l'eau potable continuent d'être menées dans le souci du confort de l'administré et d'une facture modérée.

2016 a été la première année de facturation à la consommation réelle des foyers de PUNAAUIA, équipée en compteurs d'eau, à savoir environ 1.500. La redevance forfaitaire annuelle de l'eau pour les familles non encore équipées de compteurs, a augmenté de 3.000 francs CFP au 1er janvier.

Le règlement de service mis en place en 2011 a été révisé en 2015, puis en 2016 pour permettre le traitement des surconsommations d'eau générées par des fuites situées après compteur grâce au dispositif d'écrêtement exceptonnel de la redevance.

Concernant les actions engagées par le service de l'eau, sur les cinq dernières années, voire les deux mandatures (passée et actuelle), même si l'on déplore que les indicateurs techniques et financiers ne traduisent pas l'efficacité des équipes, la Commune se félicite de la potabilité de l'eau distribuée aux habitants, ainsi qu'un service de proximité de qualité au moment de réparations ou d'interventions d'urgence.

Le rendement du réseau reste encore très insuffisant par rapport aux moyens mobilisés. Le nouveau plan pluriannuel d'investissement qui découlera du nouveau schéma directeur d'alimentation en eau potable permettra de confirmer les efforts investis.